Fermeture de l'alerte

La restauration de la Chapelle Jean de Bourbon

31 août 2022  > 31 août 2023 Chantier

La Chapelle gothique de l'abbaye de Cluny fait peau neuve ! 

 

Malmenée par l’histoire, la chapelle Jean de Bourbon de l'abbaye de Cluny, datant du XVe siècle, est loin de son faste d'origine. Lundi 22 août 2022, un grand chantier de restauration a donc été lancé par le Centre des monuments nationaux. Il comprend les toitures, la maçonnerie, les décors sculptés et même la création de vitraux contemporains par l'artiste Sarkis

L'accès à la chapelle sera ainsi condamné jusqu'en juin 2023. Toutefois des panneaux de médiation, détaillant cette restauration complète et inédite, accueilleront les visiteurs. Suivez l'avancée des travaux sur nos réseaux sociaux @abbayedecluny_officiel.

L'histoire de la chapelle en détails...

 

Qui est Jean de Bourbon ?

Il est nommé à la tête de l’abbaye de Cluny, en 1456, il marque aussitôt son abbatiat par plusieurs chantiers d’importance. La construction d’un palais abbatial, au nord-ouest de la grande église, destiné à être son logis et à accueillir ses hôtes. Le palais abrite aujourd’hui le musée d’art et d’archéologie. Il entreprend également la réparation des bas-côtés de la grande église.

Pourquoi cette chapelle ?

Il démarre peu après, probablement vers 1460, la construction de la chapelle à l’emplacement d’une chapelle romane dédiée à saint Eutrope, à l’extrémité du bras sud du petit transept. Il lui conserve le vocable de Saint-Eutrope mais il consacre la chapelle à la Vierge Marie, à saint Jean-Baptiste et aux treize apôtres, en incluant saint Paul. Jean de Bourbon a déterminé le programme iconographique et il s’est montré particulièrement attentif à la construction de la chapelle.

 

 

Quelles sont ses dimensions ?

Elle mesure 11,50m de long et 5m de large. Elle est voûtée d’ogive et éclairée par des fenêtres élancées. La voûte d’ogive est enrichie de liernes et de tiercerons. Elle se divise en 3 compartiments séparés par des clés de voûtes portant chacune un blason représentatif de l’abbé : les armes de Jean de Bourbon, le blason de l’évêché du Puy et le blason de l’abbaye de Cluny. Les armes de l’abbé se trouvaient également au-dessus de la porte d’entrée. L’abbé fait aménager un petit oratoire doté d’une cheminée, qui portait également les armoiries de l’abbé, et d’une fenêtre faisant fonction d’hagioscope.

Cette chapelle est un rare exemple de l’art gothique flamboyant en Bourgogne du sud.

 

Bien que fragmentaire, la chapelle arbore aujourd’hui encore un très riche décor sculpté et peint dont le programme a été défini par l’abbé Jean de Bourbon lui-même. Le programme iconographique est consacré à la Vierge Marie, saint Jean-Baptiste, saint Paul et les apôtres. Les pièces maîtresses qui sont conservées sont les 15 consoles représentant les prophètes de l’Ancien Testament. Elles portent des traces de mutilation que les spécialistes estiment avoir eu lieu dès le pillage de l’abbaye par les Huguenots en 1562. Les consoles étaient surmontées de statues représentant les apôtres, saint Paul, saint Jean-Baptiste et la Vierge qui ont disparu et dont on ne possède aucune description. Leur disparition n’est pas datée mais elle est très probablement antérieure au XVIIIe siècle.

Sur le mur, le nom de chaque personnage représenté est gravé et peint. Les prophètes, représentés sur les consoles, tiennent un phylactère sur lequel est gravé un texte tiré de l’ancien Testament. Les textes énoncent le Credo prophétique de l’ancienne Loi qui servira de support à la Nouvelle Loi.

Chaque prophète en regarde un autre, le jeu des regards permet de suivre le texte sacré.

Le chantier de restauration en détails...

 

La chapelle Jean de Bourbon est dans un état loin de son faste originel. En effet, sculpture et polychromie ont largement disparu, la sacristie a été détruite, la toiture et la charpente ont été modifiées par les Guerres de religion mais aussi par les premières restaurations au cours du XXe siècle. Le Centre des monuments nationaux a choisi une restauration complète de cette chapelle.

A l’extérieur, l’élément le plus visible sera de retrouver la pentedetoit telle qu’elle était à l’origine. Un toit beaucoup pluspentu qu’un fragment a permis de comprendre. La charpente sera réalisée en chêne et couverte en ardoise. Les maçonneries, intérieures et extérieures seront reprises : les pierres de taille qui le nécessitent seront changées. Les moulures des grandes baies sont très altérées et seront largement reprises. La restauration du décor sculpté permettra à la chapelle de retrouver sa superbe : les pinacles sculptés, les dais lacunaires, les culots, les clefs de voûte de la chapelle ainsi que la piscine liturgique sculptés seront consolidés et restaurés afin de retrouver leur lisibilité.

Le portail gothique Nord bénéficiera également d’une restauration par greffe numérique de décors qui ornent l’accolade, en majorité disparus au cours du XXème siècle. Enfin les vitraux seront une création de l’artiste Sarkis. L’artiste a choisi d’utiliser des couleurs afin de redonner l’atmosphère riche de la chapelle. Deux autels, également créé par Sarkis, prendront place. 

La fin des travaux est prévue pour l’été 2023.

 

MenuFermer le menu