Attention
Ouverture du monument à 10h30 mercredi 17 octobre

Dragons et serpents, une exposition de Marianne Ström

6 juillet 2018  > 2 septembre 2018 Exposition

Découvrez une exposition photographique de Marianne Ström, « Dragons et serpents » au musée d’Art et d’Archéologie de Cluny.

  

Les serpents et dragons ont tous deux une connotation de bien et de mal. Plusieurs cultures ont associé le serpent au mal : il provoque la tentation d’Eve au jardin d’Eden de la Bible ; dans la mythologie grecque, il étrangle Laocoon et ses deux fils. Saint George et Saint Michel ont pourfendu un dragon. Mais dans divers pays du globe, les dragons et les serpents sont l’exact opposé du démoniaque. 

Dans l’Egypte ancienne, le cobra est une figure majeure : la frise du cobra de la Chambre aux carreaux bleus et la pyramide de Saqqarah rappellent la déesse Uto. Cette divinité protectrice, associée au cobra, était réputée pour cracher son venin sur les ennemis du roi qu’elle protégeait. En Chine, les dragons apportent chance et fortune et sont le symbole de la sagesse et de la fertilité. Ces créatures cracheuses de feu occupent souvent les faîtes des temples qu’elles protègent. Les proues des navires et les faîtes des sites sacrés des peuples nord-européens prenaient la forme de têtes de dragon, supposées terrifier leurs ennemis.

Au temple de Quetzalcóatl (Mexique), une tête de serpent jaillit d’un soleil, mâchoire grande ouverte. Il est placé à côté d’un masque de Tlaloc, dieu de la pluie. Le culte du serpent concerne le dieu principal de cette mythologie, qui s'exprime dans la construction de la pyramide, représentant la victoire du bien sur le mal, la lumière sur les ténèbres, la connaissance sur l'ignorance, le lever du dieu du soleil dans les cieux.

Les bestiaires, fantastiques ou non, ont toujours enflammé l’imagination des artistes. Les sculpteurs qui ont travaillé à la grande église abbatiale de Cluny ont développé un registre animalier extrêmement riche. Ce foisonnement se retrouvait également sur les décors des façades des maisons romanes. Aujourd’hui, une partie de ces décors sont présentés dans les salles du musée d’Art et d’Archéologie. La frise de l’avant-nef, visible au sous-sol du musée est peuplée de chimères et autres animaux fantastiques. Pour la claire-voie des vendanges, déposées d’une façade d’une maison, l’artiste s’est attaché à représenter des animaux connus du Moyen Age. 

Avec cette exposition, les collections du musée trouvent un écho avec différentes cultures du monde, au travers du regard singulier de Marianne Ström et de ses photographies.

Informations pratiques

- Date : du 6 juillet au 2 septembre 2018

- Infos : 03 85 59 12 79